Les Accords toltèques revisités, un grand éclat de rire :-D

Les accords toltèques au second degré, ça fait du bien, ça fait rire, et n’enlève en rien leur sagesse !

Interaction extrasensorielle à distance entre deux esprits

Un groupe de neuroscientifiques internationaux et d’ingénieurs en robotique ont découvert pour la première fois qu’un cerveau humain peut en effet «parler» à un autre cerveau humain d’une manière directe, même à des milliers de kilomètres de distance.
La suite ici !

Soufflée et scotchée !

Un texte écrit par un monsieur que je ne connais pas, et qui a créé une entreprise que je ne connais pas.
Il raconte une plantée publique (lors d’un TEDx) avec tant d’humilité et de capacité à rebondir que c’en est très touchant et intéressant !

Certifiée en Biorésonance et en Changement rapide !

Même s’ils ne figurent pas déjà dans la page des diplômes, ils sont tous deux validés par les formateurs respectifs. 🙂

Ceux d’entre vous qui êtes intéressés par la biorésonance, le pdf de mon “petit” travail de fin de cycle est disponible ici :
Mémoire Biorésonance et accompagnement existentiel

Et pour ceux intéressés par le Changement rapide, cliquez ici

Avez-vous conscience de l’impact de votre langage ?

(Pour ceux qui comprennent l’anglais)

Belle démonstration de la puissance du langage (ici, au niveau de l’épargne ; tout en sachant que cela concerne TOUS les niveaux de notre vie; et que cela concerne AUSSI notre dialogue intérieur !)

PS. D’où l’acronyme PNL (Programmation neuro-linguistique) : à nous de choisir des mots porteurs au niveau émotionnel, CQFD

Notre dialogue interne : chuuut… silence…

[…] Je m’efforce toujours, en marchant, de suspendre ce ratata intéressant que nous balbutie le gramophone radoteur de nos cerveaux et qui nous fait dire que nous pensons.

Une désignation bien fière pour ce ramassis de fragments, de réminiscences, de boutons à coudre, de ressentiments mille fois ressassés, de factures impayées, de ce qu’a dit Machin et de ce qu’à répondu Truc, d’associations simplistes; il n’est rien de plus à notre esprit, ce fatras, qu’à l’océan la frange de déchets – bouteilles de plastique, boîtes de conserve, capsules et caoutchoucs – recrachés le long des plages.

Chaque fois qu’est branchée en moi cette radiophonie intarissable, je ne remarque rien de ce qui m’entoure, je rentre chiffonnée, vide – comme si je n’avais cessé, les yeux bandés, de piétiner. Mais chaque fois, au contraire, que je suis vigilante et stoppe cette jacasserie (j’y suis parvenue de plus en plus souvent, ces temps derniers, et ma joie en a été profonde), l’air et le vent me traversent comme paysage; je deviens vaste et tout a en moi son écho : le craquement des arbres qui se répondent par intervalles, les cris d’oiseaux qui rayent le ciel, le bruit de grain moulu que font sous mes pas les brindilles sèches. Alors, seulement, je me sais vivante. […]

Christiane Singer, Histoire d’âme, Albin Michel, 1988