Quelles sont les compétences à développer pour devenir un bon accompagnant ?

Il existe de bien nombreuses techniques en accompagnement : dans les thérapies brèves par exemple, on trouve l’hypnose, la PNL, la Modélisation symbolique, les TCC, la Thérapie par la ChoZif’, l’EFT, etc.. Chacune d’entre elle demande une formation spécifique pour bien l’intégrer, et en comprendre les mécanismes, subtilités et.. leur jargon !

Il est également important de savoir que certaines approches ne sont enseignées que du seul point de vue technique (par exemple, des scripts et protocoles pour l’hypnose) mais que dans certains centres de formation, les participants apprennent à développer leur créativité et à mettre leur personnalité au service de leurs techniques. Et c’est ainsi que des personnes ayant étudié les mêmes techniques vont les utiliser très différemment dans leurs accompagnements !

Au sortir d’une formation en hypnose, certains ne sauront que lire des scripts tout faits, alors que d’autres seront créatifs, dynamiques et souples dans leur pratique de l’hypnose.

Au sortir d’une formation en PNL, certains sauront appliquer à la lettre les protocoles qu’ils auront appris mais ne sauront pas prendre des libertés et les adapter à chaque personne et chaque problématique

Par-ailleurs la plupart des écoles proposent de se former ou se spécialiser à un ou deux types d’approches (le plus souvent hypnose et PNL) mais certaines offrent un ensemble d’approches, ce qui permet alors de les relier, de les utiliser de manière fluide, d’avoir plus de choix quant aux stratégies thérapeutiques et aux leviers de changement adaptés à la personne et à sa problématique.

J’ai également remarqué que plus on étudie ces approches de manière globale mieux on comprend leur efficacité et plus on est à même d’être aligné dans notre posture d’accompagnant.

Par-ailleurs, à notre époque, nous avons la chance de comprendre beaucoup plus de choses grâce aux neurosciences, il vaut donc la peine de s’y intéresser de plus près également.

Qu’en est-il de la responsabilité de l’accompagnant ?

Comme toutes les personnes qui en accompagnent d’autres (médecins, infirmiers, thérapeutes, coach, etc.), nous avons une grande responsabilité puisque nous œuvrons – avec l’autre – à son bien-être et son évolution. Et pour répondre à cette responsabilité, deux points sont des prérequis indispensables :

  • Le savoir-être
  • Le savoir-faire

Le savoir-être provient de notre nature, de notre histoire, de nos expériences, de nos capacités de résilience et d’adaptation. Il dépend également de nos connaissances et compétences sur le fonctionnement humain neurologique, inconscient, relationnel, ainsi que de notre intérêt pour la spiritualité, la philosophie, les relations, etc.

Certaines personnes possèdent déjà des capacités innées de savoir-être d’un bon accompagnant comme par exemple l’empathie, la curiosité, l’intérêt aux autres, une nature positive, un bon équilibre, etc.

Par-contre, ces qualités ne suffisent pas si elles ne sont pas complétées par la compréhension de nombreux mécanismes : Comment fonctionne-t-on ?, Qu’est-ce que la réalité subjective ? Qu’est-ce qui me différencie de l’autre ? Comment accompagner sans interpréter, sans juger, sans faire de lecture de pensée ? Comment comprendre la subjectivité de la réalité et de la carte du monde des personnes que l’on accompagne ? Etc. », et c’est ce qu’on apprend en premier dans un bon centre de formation !

Il est également important de choisir quel type de population, on a envie d’accompagner : Voulez-vous suivre uniquement une certaine catégorie d’âge : enfant plutôt qu’adolescents, adultes ou personnes âgées ? Ou vous ouvrir à toutes ? Car les deux sont possibles !

Concernant les problématiques, voulez-vous vous spécialiser dans une ou deux problématiques, telles que les TCA (Troubles du Comportement Alimentaire), les addictions (cigarette, alcool, addictions virtuelles, etc.) ? Ou préférez-vous avoir un cabinet ouvert à toutes les problématiques ?

Le savoir-faire lui est un ensemble de compétences acquises, d’où la nécessité de bien se former, auprès d’une école de qualité, avec des enseignants et des formateurs diplômés ainsi que sur une période de temps qui permet de bien intégrer ce savoir-faire de façon à ce qu’il devienne un « art de faire ». Et, malheureusement, de nos jours, nombre d’enseignants et formateurs ne sont pas diplômés en tant que tels, ce qui nuit à leurs compétences à transmettre, à la dynamique de groupe, à leur capacité à s’adresser à tous les types de participants, à savoir comment gérer des moments ou des personnalités compliqués. C’est ainsi que des participants à des formations différentes mais portant sur une même technique n’auront pas du tout le même niveau à la fin de leur parcours…

Si vous êtes en réorientation professionnelle ou – déjà dans le domaine de l’accompagnement -, vous cherchez peut-être des formations continues ?

Les questions à vous poser seront alors de ce type : Est-ce que je veux étoffer ma boîte à outils ? Si je savais mieux communiquer, serais-je moins en désarroi par moments ? Ai-je envie d’en apprendre plus sur telle ou telle approche ? Est-ce que je veux mieux comprendre comment fonctionne telle problématique  ou telle type de patientèle (tels que les neuro-atypiques,  etc.) Ai-je envie de rendre les liens entre la PNL et l’hypnose plus compréhensibles ? Etc.

En résumé, dans votre parcours de réflexion, je vous propose de réfléchir à qui vous êtes et voulez être en termes de « savoir-être » et à ce que vous désirez apprendre, intégrer et pratiquer en termes de « savoir-faire ».

Ce sont d’excellentes pistes pour choisir dès le départ quelle est ou quelles sont les pistes qui vous correspondent le mieux 🙂

Une fois que vous y avez répondu, vous pouvez préparer votre objectif grâce au SMART

En vous posant et en répondant à ces questions :

Spécifique                Quoi exactement ?

                                    Quelle technique ? Un ensemble de techniques ?

                                    Pour qui ? Dans quel domaine ?

                                    Une formation complète, spécifique ou spécialisée ? Etc.

Mesurable               Avec quels résultats concrets ?

Est-ce que je désire un diplôme ? Simplement remplir les  formations continues demandées par l’ASCA, par exemple ?

Dans quel but ? Ouvrir un cabinet ? Me sentir plus à l’aise ?

Atteignable              De quoi est-ce que je manque ou de quoi aurais-je besoin pour qu’il soit atteignable ?

                                   En ai-je les moyens ? Le temps ? Etc.

Réaliste                     Est-ce vraiment faisable ?

                                    Suis-je assez motivé, assez disponible ? Etc.

Temporel                 Quand ?

Une formation de quelle durée ? Université d’été ou étalée sur plusieurs jours, semaines, mois ou années ?

Cette réflexion – qui prend un peu de temps – vous le rend au centuple car elle vous permet de faire les bons choix et de prendre les bonnes décisions avant de choisir à quel.s outil.s vous voulez vous former, de quelle façon et avec qui ! 🙂


Je m\’informe sur la formation A l\’Essentiel de l\’accompagnement

Retour haut de page