Quand mes enfants étaient petits…

et que je leur lisais des histoires… Il y en a plusieurs qui les ont – et m’ont – touchés.
Celle des Pilibi du bas et des Pilibi du haut faisait partie de celles-ci :
Ceux d’en haut étaient noirs – ou blancs – je ne sais plus
Ceux du bas étaient blancs – ou noir – je ne me souviens plus
Ils vivaient dans le même monde… certains en bas… d’autres en haut…
Certains blancs… d’autres noirs…
Et tant qu’ils se firent la guerre… tous perdirent…
Jusqu’à ce qu’enfin… car c’était si pire
Ils décidèrent de faire mieux
De se rencontrer
De s’accueillir
De s’accepter
De se mélanger…
Finalement, les Pilibi du haut savaient plein de choses que les Pilibi du bas ne savaient pas !
Et les Pilibi du bas connaissaient plein de trucs que les Pilibi du haut ne connaissaient pas !
En fin de compte, noirs et blancs, blancs et noirs, hauts du bas, et bas du haut se mélangèrent…
Et cela donna : des Pilicoeur, des Pilibus et des Pilitout ! Et ce fut très bien ainsi pour tous les Pilibi !
… Peu après arrivèrent les Pilibistes, les Pilibouères, les Pilizifs et tant d’autres !
Et toutes et tous continuent de discuter, argumenter, changer de couleur (un peu), de musicalité (beaucoup), de ressenti (énormément), de goût (mais oui, ça arrive !), de parfum (qui donc ne se souvient pas d’un parfum ?!)
Et qu’arrive-t-il alors ????!!!
Tous les Pilibi ont déjà trouvé une réponse…. Quelle serait la vôtre ?!

Parution de mon livre :-)

couverture

le 8 octobre 2015 en France et en Belgique et le 10 octobre 2015 en Suisse 🙂 Des exemplaires ont déjà été envoyés en Nouvelle-Calédonie, au Québec, au Maroc, à Tahiti et en Guadeloupe !

Plusieurs événements en ce moment !

dont certains qui vous intéresseront 🙂
Une conférence, à Paris dans un lieu magnifique (merci à Nathalie Paolucci et Axel Karol), le 28 octobre, tous les détails ici :
https://www.facebook.com/events/901274613279219
Mon bouquin, qui sort en France le 8 octobre et en Suisse le 10 octobre, détails et pré-commandes (./. 20% prix librairie) ici :
couverture
http://www.linconscient.ch
et les premiers retours de ma consoeur et de mes confrères :
http://www.sigmasolutions.me/blog/pour-commander-mon-livre

Quand mes clients font des métaphores…

C’est juste magnifique 🙂

« Les figurines nous représentent nous, tes clients, avec la vue voilée (les yeux cachés par les bonnets) que tu nous enlèves pour voir la beauté du Monde (les fleurs à côté), le tout monté sur un accessoire du moment » :

2015-06-01 18.42.06

Emerveillement !

Quand un client dans la trentaine vit une angoisse non-conscientisée mais physiologiquement inscrite dans le thorax (qu’il exprime par « chaud et tendu ») qui l’amène à une décharge émotionnelle (larmes et repli) quand il la conscientise, et que finalement il s’en libère en imaginant la fraîcheur « d’une glace framboise » et celle d’un « glaçon qui fond sur son thorax que tient son épouse » (bon, il y a des fois où je me permets d’amener des suggestions à celles et ceux de mes clients qui peinent à en trouver), et bien moi je trouve cela fantastique !
Il est parti « libéré », 1 sur une échelle de 10 (zéro étant le calme total et 10 le niveau « catastrophe » avec lequel il était arrivé). Je ne regrette pas mes suggestions puisqu’elles lui ont convenu (cette précision n’a de sens que pour la – belle et compétente – personne avec qui je discutais tout à l’heure et qui honnit les suggestions).
Ce que j’aimerais relever ici est l’incroyable façon dont fonctionne notre cerveau : Une glace à la fraise et un glaçon ont remplacé une angoisse ancrée depuis 25 ans, et cela en soixante minutes, God (or who/whatever else) bless our brain !

Notre enfant intérieur : comment le guérir et le chérir :-)

Some of us may have learned to process our lives in a negative manner from our childhood. One very effective way of undoing this negative training is to look at a picture of yourself as a child and say to yourself the things you wanted to hear when you were young. Talk to your inner child as if you were talking to a child you really care about and want to help.

Doing this to yourself helps to UNDO the negative training that you once received and implants an Optimistic focus. When you do this regularly you will retrain your brain to generate thoughts of an Optimistic nature regularly and THAT will make you feel better!

de : Optimistic Brain: Positive thinking can change your life!

Le pont suspendu et la mongolfière pour arrêter de fumer !

Quel rapport vous demandez-vous ? Voici donc la petite histoire :

Dans quelques jours, je me rends chez un hypnothérapeute pour essayer d’arrêter de fumer ; comme cela m’inquiète un peu (pas l’hypnose mais bien le fait d’arrêter !), j’ai décidé de me préparer.

Je me suis donc autohypnotisée puis ai laissé venir les symboles que mon inconscient me proposait pour cette problématique.

J’ai alors vu devant moi un gouffre que traversait un pont suspendu. Image difficile (car je crains le vide) et qui n’était pas faite pour me rassurer sur le chemin à parcourir !

Toujours en autohypnose, j’ai décidé de travailler en métaphore ouverte (cf. explication dans l’onglet Boîte à outils) :

Je me suis d’abord vue marcher le long du gouffre pour trouver une autre voie mais mon esprit me ramenait toujours devant ce pont suspendu. J’ai alors « accepté » cette image qui m’était désagréable et… une magnifique mongolfière colorée a alors fait son apparition juste à côté de moi ! (J’ai un excellent souvenir de mon réel voyage en mongolfière.)

Je me suis donc imaginé y monter et pour l’alléger au maximum, j’ai jeté par-dessus bord dans un conteneur resté à terre toutes les cigarettes, les mégots, les paquets vides, les cendriers de ces 30 dernières années : De plus en plus légère, la mongolfière s’élevait de plus en plus haut et c’était magnifique !

En même temps m’est revenu en tête un vieux rêve : celui d’apprendre à jouer du saxophone et… toute heureuse dans ma mongolfière, j’ai décidé que tout ce que j’avais aspiré en fumée et bien je le soufflerais à l’avenir dans mon saxo pour en faire de belles notes !

Puis ma mongolfière et moi nous sommes posées en douceur de l’autre côté du gouffre d’où j’étais heureuse de voir mon passé de fumeuse resté du côté opposé et d’où, me tournant dans l’autre direction, je voyais une Cécile de l’avenir me féliciter de loin pour avoir réussi ce défi 🙂

Analysant après coup cette métaphore ouverte, j’ai trouvé très intéressant le parallèle de la mongolfière qui s’allège en jetant tout ce qui concerne les cigarettes puisqu’une de mes peurs en arrêtant de fumer est… de prendre du poids ! Le fait de remplacer « avaler de la fumée toxique » par « souffler de belles notes de musique dans mon saxo » montre aussi parfaitement comme notre esprit aime jouer avec les symboles lorsque nous le lui permettons !

Je serai prolixe sur mon succès et discrète sur mon échec dans la poursuite de ce but : Devenir non-fumeuse 🙂

P1180430