Je peux le faire !

269353_342273089183751_975886024_n

Commentaire d’une de mes clientes :
« La première marche, c’est avant un travail avec Cécile… et la dernière, c’est quand on se rend compte que tout est possible, que c’est accessible, après que Cécile nous ait appris à y travailler!! »

Eh oui ! Là est le travail de tout (bon) coach 🙂

Hypnose et résultats :-)

L’analyse des « cueillettes » (anamnèses) de mes clients lorsque je travaille sur les séances d’hypnose que je vais leur faire est toujours si touchante, si pleine d’humanité en détresse que je ne peux pas ne pas faire au mieux !

Alors, je me donne cette peine avec joie 🙂

Et… quand je vois le résultat, quand je vois qu’ils ont réussi à transformer des croyances limitantes en croyances porteuses, ou à se dissocier de leurs douleurs – morales ou physiologiques, mon bonheur est tel qu’une seule chose peut l’exprimer :

Je danse 🙂

Et voici le commentaire spontané d’un de mes clients :

« Et moi je dis MERCI…je TE remercie! » (hypnose@home)

Quand je vous disais que je dansais (de joie) ! 🙂

Le pont suspendu et la mongolfière pour arrêter de fumer !

Quel rapport vous demandez-vous ? Voici donc la petite histoire :

Dans quelques jours, je me rends chez un hypnothérapeute pour essayer d’arrêter de fumer ; comme cela m’inquiète un peu (pas l’hypnose mais bien le fait d’arrêter !), j’ai décidé de me préparer.

Je me suis donc autohypnotisée puis ai laissé venir les symboles que mon inconscient me proposait pour cette problématique.

J’ai alors vu devant moi un gouffre que traversait un pont suspendu. Image difficile (car je crains le vide) et qui n’était pas faite pour me rassurer sur le chemin à parcourir !

Toujours en autohypnose, j’ai décidé de travailler en métaphore ouverte (cf. explication dans l’onglet Boîte à outils) :

Je me suis d’abord vue marcher le long du gouffre pour trouver une autre voie mais mon esprit me ramenait toujours devant ce pont suspendu. J’ai alors « accepté » cette image qui m’était désagréable et… une magnifique mongolfière colorée a alors fait son apparition juste à côté de moi ! (J’ai un excellent souvenir de mon réel voyage en mongolfière.)

Je me suis donc imaginé y monter et pour l’alléger au maximum, j’ai jeté par-dessus bord dans un conteneur resté à terre toutes les cigarettes, les mégots, les paquets vides, les cendriers de ces 30 dernières années : De plus en plus légère, la mongolfière s’élevait de plus en plus haut et c’était magnifique !

En même temps m’est revenu en tête un vieux rêve : celui d’apprendre à jouer du saxophone et… toute heureuse dans ma mongolfière, j’ai décidé que tout ce que j’avais aspiré en fumée et bien je le soufflerais à l’avenir dans mon saxo pour en faire de belles notes !

Puis ma mongolfière et moi nous sommes posées en douceur de l’autre côté du gouffre d’où j’étais heureuse de voir mon passé de fumeuse resté du côté opposé et d’où, me tournant dans l’autre direction, je voyais une Cécile de l’avenir me féliciter de loin pour avoir réussi ce défi 🙂

Analysant après coup cette métaphore ouverte, j’ai trouvé très intéressant le parallèle de la mongolfière qui s’allège en jetant tout ce qui concerne les cigarettes puisqu’une de mes peurs en arrêtant de fumer est… de prendre du poids ! Le fait de remplacer « avaler de la fumée toxique » par « souffler de belles notes de musique dans mon saxo » montre aussi parfaitement comme notre esprit aime jouer avec les symboles lorsque nous le lui permettons !

Je serai prolixe sur mon succès et discrète sur mon échec dans la poursuite de ce but : Devenir non-fumeuse 🙂

P1180430

 

L’hypnose : une porte pour guérir, une porte pour éloigner la souffrance

Extraits de deux petits livres qui sont des bijoux et qui nous en apprennent beaucoup sur la façon dont fonctionne l’hypnose :

« Je dois à François Roustang la découverte de l’hypnose. Il m’a révélé 1° qu’elle n’est pas ce qu’on croit (un moyen de manipulation), ni ce que son nom suggère (une sorte de sommeil), 2° qu’elle englobe des phénomènes qui sont fondamentaux et universels, mais que les idées qui dominent la culture européenne depuis la seconde moitié du XIXe siècle ont rendus étranges et inquiétants, parce qu’intellectuellement inassimilables*. […] « Il y a plus de choses au ciel et sur terre que ne l’imagine notre philosophie », disait Hamlet.* L’étude de l’hypnose m’a convaincu qu’il se produit plus de choses dans le corps que n’en peut concevoir notre esprit […] »

[…] L’aptitude à laisser agir le corps varie beaucoup. Certains en sont incapables alors qu’ils en auraient le plus grand besoin, losqu’en eux des forces se combattent et se paralysent. Ils souffrent, l’angoisse les étreint, mais la peur les empêche de se laisser aller et de confier au corps le soin d’accorder ces forces, aux prix des remaniements nécessaires. Le remède qui leur manque est toujours le même : retrouver le contact avec les pouvoirs du corps. Le meilleur moyen de les aider est de les accompagner dans cette descente qui les effraie. La présence d’un compagnon exercé dans cet art de l’ouverture vers le bas et qui l’accomplit à leur côté, les rassure et leur donne la confiance nécessaire. Après quelque temps et parfois très vite, le changement s’amorce et mène à la transformation salutaire. […]

Jean François Billeter, Un paradigme, éd. Allia, Paris, 2012

[…] Le processus de l’hypnose donne un accès possible à plusieurs portes vers la guérison. Elles sont un prétexte pour aborder les différents aspects de l’hypnose, seule thérapie qui permette de jouer avec toutes ces dimensions : le temps, l’espace, le virtuel, le corps et ses symptômes. […]

[…] Nous choisissons par l’hypnose de porter attention au corps. Il s’agit d’une nouvelle écoute que nous suggérons à nos patients, inhabituelle, j’en conviens, mais qui facilite étonnamment la défocalisation pour accéder à une nouvelle focalisation, cette fois porteuse d’ouverture. Nous l’appellerons la « porte du corps ».

La porte évoque métaphoriquement à la fois une entrée et une sortie, l’entre-deux de la fermeture à l’ouverture, voire l’obstacle, lorsqu’elle est fermée. Elle symbolise à sa façon et dans sa polysémie l’un des possibles chemins de l’hypnose. Car celle-ci intervient et joue son rôle justement lorsque l’on imagine que les portes sont fermées, des chemins sans issue, allant parfois même jusqu’à un sentiment d’emmurement dans ce « no future » trop souvent vécu par les traumatisés et les dépressifs. Une sorte de prison dont on ne voit que les barreaux, et dont la porte, quand elle est mentalement présente, est lourde et fermée. Pourtant, en regardant au-delà des barreaux, il y a une lumière, un ciel… et même s’il est nuageux, derrière les nuages, il est bleu !

Dr Jean-Marc Benhaiem avec François Roustang, L’hypnose ou Les portes de la guérison, éd. Odile Jacob, Paris, 2012

En souhaitant que cela vous inspire et vous donne confiance afin que vous vous offriez ce magnifique cadeau qu’est l’hypnose : Une simple porte – tout à fait confortable et sécurisée –  qui vous ouvre à de nouveaux chemins de perception…

portes perception

 

Partir à la rencontre de notre enfant intérieur

Aujourd’hui, un très beau travail a été fait lors d’une séance d’hypnose sur l’enfant intérieur…

<ƒ;

Mais oui, vous savez bien ! Cet enfant symbolique qui est censé courir, jouer, rire et sauter – quelque part en nous – et qui, bien souvent, ne court pas, ne joue pas, ne rit pas et ne saute pas… mais prend souvent la forme d’un insupportable garnement ! Pourquoi ? Parce qu’il a été blessé il y a longtemps, à une époque où il n’avait pas les moyens de se défendre…

Alors, partons à sa rencontre ! Allons le découvrir, l’apprivoiser et lui dire que nous l’acceptons tel qu’il est – aussi meurtri qu’il puisse être ! Allons lui dire que nous l’aimons inconditionnellement.

Puis, une fois que nous aurons gagné sa confiance, que nous l’aurons apprivoisé,  berçons-le, cajolons-le, soignons-le et… guérissons-le ! Car lorsqu’il aura été guéri :

Notre enfant intérieur sera toujours heureux, quelque part à l’intérieur de nous ; et plus notre enfant intérieur est heureux (car nous lui aurons dit que nos problèmes de « grands » ne le concernent pas et que nous sommes à même de les gérer), plus il devient créatif ! Alors, Ô bonheur : Plus nous trouvons nous-même des solutions originales et efficaces à nos problèmes de « grands » !

Intéressant, non ?! Fascinant même, je dirais !

🙂

Intéressés ? Vous n’avez plus qu’à vous décider puis à trouver le bon accompagnement (thérapie jungienne, hypnothérapie, etc.) pour vivre cette expérience et en tirer les bénéfices !

Séance d’hypnose « Ressources »

Sigmasolutions vous propose sa première séance d’hypnose gratuite à télécharger !

[vimeo]http://www.vimeo.com/53251764[/vimeo]

Téléchargement direct du fichier .mp3 : ressources-sd.mp3

Pour toutes celles et ceux qui ont envie ou besoin de se détendre, elle vous propose d’aller à la rencontre de vos ressources inexploitées 🙂
Joli programme, n’est-ce pas ?
Veillez à vous installer confortablement, assis ou allongé, et à être certain de ne pas être dérangé durant le temps de la séance (35 mn).
Elle s’écoute avec des écouteurs, les yeux fermés de préférence.
Vous pouvez l’écouter à chaque fois que vous en ressentez l’envie ou le besoin.
Et merci d’avance de me faire un feedback, sur le site ou par courriel : ils me sont précieux 🙂

Un mot sur les symboles ci-dessous : ils signifient que ce travail est publié sous licence « Creative Commons »; c’est-à-dire que cette séance peut être utilisée, partagée et distribuée à condition que sa source soit expréssement mentionnée (donc ce site) et que ce ne soit pas pour des vues commerciales.
[ezcc]

Séances d’hypnose gratuites en mp3

En attendant que nos propres séances d’hypnose à télécharger soient prêtes, voici celles d’Olivier Lockert qui sont (et nous les avons toutes testées) tout simplement magnifiques : si vous voulez vous faire du bien, n’hésitez pas 🙂 c’est ici :
http://mp3-hypnose-gratuit.com/pages/telechargements_cat1.php
Et vos feedback nous feront (et nous les ferons suivre à Olivier) toujours plaisir : contact@sigmasolutions.me