Paul-Emile Victor

« Vivre c’est se réveiller la nuit dans l’impatience du jour à venir, c’est s’émerveiller de ce que le miracle quotidien se reproduise pour nous une fois encore, c’est avoir des insomnies de joie ».

Comment transformer une émotion négative


« Une carte n’est pas le territoire »

Carte Postale Architecte Recto

L’une des premières choses que j’ai apprises lors de ma formation en PNL a été « Une carte n’est pas le territoire »… A l’époque, j’ai mis du temps à comprendre ce que cela voulait dire malgré les différentes explications que l’on m’en donnait !

Et puis, un beau jour, j’ai enfin réellement compris et accepté ce que cela voulait dire, et, pour moi, cela a été une révélation !

Car j’ai compris à cet instant que cela me donnait la liberté et le pouvoir d’agir sur mes comportements, mes pensées et ma vie (!) puisque – en fin de compte -, ma vie dépend de la façon dont je la perçois !

Voici maintenant une quinzaine d’années que je décide – chaque jour – de penser, de voir, de ressentir, d’entendre et de goûter à ce qui me convient ; de partager avec ceux qui partagent les mêmes valeurs, de choisir avec qui je passe du temps, et de fonctionner selon ce qui est important pour moi.
Et pour tout ce qui ne rentre pas dans ce cadre-là mais dont il faut bien que je m’accommode, alors je fais en sorte de pouvoir le traverser et l’accepter avec un moindre mal. Facile ? Certainement pas ! Nécessaire ? Evidemment !

Bilan :
La sensation que ma vie m’appartient… et qu’en général je me trouve au bon endroit, au bon moment, avec les bonnes personnes et avec la bonne attitude. La certitude de faire les bons choix, de rencontrer des personnes qui enrichissent ma vie, et dont j’enrichis la leur.
La sensation de faire au mieux, qui entraîne, elle, du « toujours mieux » dans ma vie.

Conclusion :
J’aime à dire que la vie est bien plus coquine que ce nous sommes capables d’imaginer qu’elle peut l’être, et que… si nous lâchons prise de ce que nous ne pouvons contrôler tout en restant maîtres de nos perceptions, alors elle nous ouvre grand les bras.

Je n’ai pas besoin de preuve, je me donne les moyens de vivre cela chaque jour 🙂

Et vous, avez-vous déjà essayé d’utiliser votre GPS autrement ?

Ce site web en fait une belle analyse (bien qu’elle ne concerne pas du tout le domaine thérapeutique)

http://aurelien.barbier-accary.info/web-sig/la-carte-n-est-pas-le-territoire/