« Savoir penser » pour « Savoir être » pour « Savoir vivre »

Le succès à ce jeu de dominos dépend des deux types de croyances que vous avez par-rapport à vous-même :

Croyances de type 1 : Elles vous permettent d’abattre des montagnes et de créer votre monde 🙂 Ce sont des croyances porteuses :

– « Je sais… que je veux ! que je peux ! que je désire ! que je me permets ! alors je me donne les moyens ! »

Croyances de type 2 : Elles vous rendent malheureux ou vous font stagner ! Ce sont des croyances limitantes :

– « J’hésite… Je ne sais pas… Je ne veux pas… Je ne peux pas… Je ne désire pas… Je ne me permets pas… et donc je n’ose pas ! »

Si vos pensées font partie du type 2, souvenez-vous qu’il ne s’agit que de croyances… et que ces croyances limitantes nuisent à une vie pleine… nuisent à votre vie et à ce que vous pourriez en faire… Faites-vous alors conseiller – par un thérapeute ou un coach par exemple -, c’est tellement dommage de ne pas vivre vraiment… parce qu’on croit qu’on ne sait pas comment faire, parce qu’on hésite, parce qu’on croit qu’on ne peut pas, parce qu’on croit qu’on ne veut pas… et en fin de compte, parce qu’on croit qu’on n’ose pas… Ce ne sont que des croyances : Changez-les ! Changez vos croyances limitantes en croyances porteuses et… vivez pleinement 🙂

Et comme une image vaut plus que mille mots :

chat-avec-l-ombre-de-lion-36567021

Faire un feedback porteur

Il arrive que l’on blesse involontairement quelqu’un en lui faisant un feedback qui lui semble trop critique (un retour sur un texte, une présentation, etc.).
Une bonne manière de remédier à cela est la suivante :
Tout d’abord, mettre l’accent sur un point spécifique que l’on a particulièrement apprécié :
« J’ai beaucoup aimé ton introduction pleine d’humour qui nous a tous mis à l’aise. »
Puis proposer des améliorations :
« La section II m’a semblé longue et redondante, penses-tu la raccourcir à l’avenir ? »
Et enfin parler positivement du tout :
« Pour une première présentation, je te félicite : c’était intéressant, agréable à écouter et tu semblais tout à fait à l’aise. »

Dans l’enseignement, des feedback porteurs sont primordiaux (vs les corrections en rouge…)
Au lieu de raturer les copies au stylo rouge, J. Guitton signalait à chaque élève deux points principaux. Il montrait d’abord une erreur, une seule, mais que l’élève ne devait plus jamais commettre !
 »Je prenais l’élève à part pour lui enseigner la règle violée et je ne permettais guère qu’elle le fût encore. »
Et il encadrait aussi un passage que l’élève avait bien réussi en l’encourageant à exploiter cette bonne voie afin  »qu’il prenne conscience de son pouvoir et qu’il sache s’imiter lui-même dans les meilleurs moments ». (Jean-François Dortier, L’art du travail intellectuel, in Sciences Humaines N°241)

Et vous, comment faites-vous vos feedback ?